En photos, espoir et émotions place de la République à Paris

Suite à l'attaque de l'Ukraine par la Russie jeudi 24 février une manifestation en soutien au peuple ukrainien s'est tenue place de la République à Paris.

4 min

Il est 18h, la Place de la République à Paris se remplit peu à peu de manifestants. Certains arborent des drapeaux ukrainiens, d’autres des pancartes dénonçant l’entrée en guerre de Vladimir Poutine. Le matin même, vers 4 heures, le dirigeant russe annonce l’attaque. Dès l’aurore, l’Ukraine est bombardée. Après une manifestation devant l’Ambassade russe, les différents soutiens au peuple ukrainien se rejoignent sous la statue de Marianne.

Noé Liraut

Les pancartes ont été rapidement bricolées, les drapeaux bleus et jaunes font office d’écharpes ou de brassards. Les Ukrainiens vivant à Paris viennent témoigner leur soutien. Le slogan « I stand with Ukraine » s’est propagé sur les réseaux sociaux et est affiché par de nombreux manifestants.

Les Ukrainiens s’interrogent sur le rôle que tiendront les pays Occidentaux. La France envoie des troupes en Roumanie, les États-Unis, en Allemagne et des sanctions économiques sont annoncées.

De nombreux groupes de jeunes manifestants se retrouvent. Parfois les échanges complices entre certains atténuent l’ambiance lourde du rassemblement. Des manifestants sont silencieux et ont le visage grave, d’autres scandent en Ukrainien « Poutine assassin, Poutine terroriste ».

La nuit tombe et la place ne dégorge pas. Selon la préfecture de police environ 2 800 manifestants sont présents. Des jeunes Ukrainiens grimpent sur le monument et brandissent leurs drapeaux.

D’autres communautés font part de leurs sympathies au peuple ukrainien. Ici un manifestant porte le drapeau de la communauté amazigh. Les drapeaux cubains et géorgiens flottent conjointement.

De nombreux manifestants filment et photographient la place. Les vidéos sont publiées sur les réseaux sociaux, ou envoyées via des applications de messagerie à des proches en Ukraine. Une estrade est installée sous le monument de la liberté. La parole est donnée à des personnalités politiques françaises comme Raphaël Glucksmann, député européen. Les candidats à l’élection présidentielle Christiane Taubira et Yannick Jadot prononcent aussi quelques mots devant la tribune. Des étudiants ukrainiens s’expriment ensuite. Svetlana Tikhanovskaïa, l’opposante politique du président Biélorusse Loukachenko, affirme son soutien à l’Ukraine. Dans la journée elle avait annoncé la formation d’un gouvernement provisoire Biélorusse, en réponse à l’autorisation d’Alexandre Loukachenko, de laisser l’armée russe mener des opérations depuis la Biélorussie.

L’hymne ukrainien Chtche ne vmerla Ukraïny (l’Ukraine n’est pas encore morte) est chantée à plusieurs reprises. Chaque allocution est accueillie par des slogans et des applaudissements.

Il est 21h, les discours sont finis, le froid regagne peu à peu la place. Les manifestants descendent du monument. Beaucoup appellent leurs proches et s’engouffrent dans la station de métro. L’inquiétude se lit sur les visages des personnes encore sur la place.

Le moment de liesse fait place à l’incertitude. A présent Marianne se tient seule dans la nuit noire.

Photos et reportage de Noé Liraut